TwitterInstagramEmailRSS
Fermer

[Lecture] Les Beaux Lendemains de Saint-Chanas par Véronique Lesimple

Vous l’avez peut-être remarqué si vous me suivez sur Twitter, depuis quelques semaines j’ai repris goût à la lecture. D’abord en participant au Club Lecture Mango & Salt dont je vous ai parlé précédemment dans ma chronique sur Les Délices de Tokyo. Ensuite en m’intéressant au Cold Winter Challenge dont je vous parlerai dans quelques jours. Inscrite sur les groupes Facebook de ces deux « clubs« , j’y ai puisé des idées de lectures : dernièrement je me suis constitué une petite liste d’écrivains suédois grâce au groupe Mango & Salt.

Pour pouvoir aller plus loin et découvrir de nouveaux écrivains et toutes sortes de styles littéraires, j’ai eu envie de renouveler mon adhésion chez France Loisirs. J’ai toujours connu France Loisirs, ce depuis l’enfance car l’adhésion au club remonte à l’adolescence de ma mère et elle m’a transmis petit à petit sa carte quand j’étais moi-même adolescente. A cette période, je lisais énormément de livres, en majorité des romans historiques (se déroulant souvent durant la Seconde Guerre Mondiale). Avec l’arrivée d’Internet puis des Smartphones, je n’arrivais plus à me concentrer suffisamment pour pouvoir lire et j’ai peu à peu perdu l’envie de me plonger dans des livres. Je regrette ce temps de lecture perdu mais il est impossible de revenir en arrière.

Il y a donc quelques semaines je me suis dit qu’il était temps que je reprenne ce loisirs qui me tenait tant à coeur quand j’étais ado. Récemment encore, l’article de Victoria de Mango & Salt dédié à sa manière de consommer les séries TV m’a fait me poser également des questions sur ma propre consommation de séries. C’est vrai que j’adore ça, et quand j’accroche à une série il m’arrive régulièrement de la dévorer en quelques jours seulement. La passion pour les séries étant terriblement chronophage, j’ai eu envie de réduire un peu la cadence : pour le moment je regarde surtout les derniers épisodes d’Outlander à raison d’un épisode le lundi soir.

Ma liste de séries à voir reste importante sur Netflix mais j’ai envie d’attendre encore un peu avant de m’y remettre pour ne surtout pas gâcher mon retour à la lecture.

La semaine dernière, mon premier colis France Loisirs (depuis mon renouvellement) est arrivé apportant avec lui 4 nouveaux livres à intégrer dans ma PAL (Pile à lire).

Après la lecture d’un polar suédois : L’Hypnotiseur de Lars Kepler, j’ai entrepris la lecture du roman dont j’aimerai vous parler à présent :

Les Beaux Lendemains de Saint-Chanas

Ce roman publié aux éditions Nouvelles Plumes et distribué par France Loisirs est le premier roman de Véronique Lesimple. Il a reçu le « Prix des lecteurs France Loisirs » et c’est ce qui m’a donné envie de le découvrir, d’autant plus que son histoire m’intéressait totalement.

Résumé :

« 1919. De retour chez eux, les soldats doivent s’obliger à reprendre une vie normale. Grâce à l’amitié qui le lie depuis l’enfance au Comte Lucien de Lavera, le lieutenant Armand Rouvière se voit proposer le poste de régisseur au château de Saint-Chanas. A peine arrivé, le jeune homme découvre un domaine à l’abandon et une famille si marquée par le drame que la vie même semble avoir déserté les couloirs du château. Sarah, la tante excentrique, Hubert, l’héritier qui a perdu la vue dans les tranchées, Louise, la belle et inconsolable veuve de guerre, et son petit garçon délaissé, Charles, vivent reclus dans leur chambre, n’échangeant que quelques mots à l’heure des repas. Armand par sa bienveillance et sa volonté, réussira-t-il à leur redonner le goût de vivre ? L’amour soufflera-t-il à nouveaux sur ces coeurs endormis ? » 

Mon Avis :

J’ai trouvé que ce roman était très agréable et facile à lire. Il y a quelques petites fautes de relecture (quelques répétitions dans une même phrase), mais ça ne gâche en rien le plaisir de poursuivre l’histoire. L’intrigue du roman est plutôt simple (une histoire d’amour se cache derrière le récit, et on s’en doute assez rapidement), mais ce qui rend l’histoire intéressante c’est de voir de quelle manière le retour à la réalité après la Première Guerre Mondiale est traité.

C’est cet aspect du livre que j’ai préféré, et le thème de la Guerre 14-18 était tout à fait de saison au moment de ma lecture (le lendemain du 11 Novembre). Je ne sais pas si vous avez le même ressenti que moi, mais dans mon imaginaire, j’associe souvent la Première Guerre Mondiale à l’hiver, au froid et, c’est un conflit que j’imagine souvent en noir & blanc. Dans le cas contraire, je vois la Seconde Guerre Mondiale se dérouler en été, je sais que c’est plutôt réducteur et je suis totalement au courant des batailles du front de l’est dans le froid et la neige, sans parler des « Marches de la mort » à la libération du camp d’Auschwitz, mais là je m’égare un peu.

Pour en revenir au roman, je trouve qu’il illustre totalement les souffrances des soldats de retour chez eux après la guerre : souffrances physiques et mutilations, mais surtout souffrances morales. Nous voyons également tout au long du livre le décalage entre les mentalités des gens du front et ceux de l’arrière. Pour les gens qui n’étaient pas dans les tranchées, le retour à la vie après 4 années de conflit a été un peu plus facile que pour les soldats, leurs traumatismes étaient tels qu’ils n’avaient pas toujours l’impression d’être réellement revenus de l’enfer : cauchemars, peurs des bruits comme ceux de l’orage qui rappelle celui des bombardements…

Nous voyons également à travers le livre combien la société a été bouleversée après la guerre (mais également suite à l’épidémie de grippe espagnole qui a elle aussi causé de nombreux décès). Le sort des veuves et des orphelins, celui des jeunes femmes célibataires qui ne trouvaient plus de conjoints potentiels, mais aussi l’évolution progressive des mentalités concernant les femmes. L’après-guerre est une période que l’on qualifie d’ « années folles« , c’est à ce moment que les jupes et les cheveux des femmes se sont raccourcis, c’est également à ce moment là que certaines d’entres-elles ont essayé de gagner en indépendance en apprenant à conduire les automobiles.

Par moments, le livre m’a rappelé la série « Downton Abbey » car tout comme dans la série, nous voyons comment la guerre a apporté des changements dans l’aristocratie (oubli de certaines règles de convenances héritées de l’Ancien Régime, volonté de moderniser le château, réduction des domestiques…).

La lecture du livre est également rendue intéressante par la manière dont est racontée l’histoire, elle se déroule en grande partie en 1919, mois après mois. Cette manière de présenter le roman nous permet de nous rendre encore plus compte de l’évolution des personnages au fil du temps.

 

Pour finir, c’est un livre que j’ai vraiment apprécié, je ne dirais pas qu’il s’agit véritablement d’un coup de coeur mais j’ai passé un très bon moment de lecture. Le livre m’a donné envie de me plonger dans l’Histoire de la Guerre 14-18 mais aussi et surtout de l’après-guerre. Je trouve qu’il s’agit d’un premier roman tout à fait réussi pour Véronique Lesimple et je comprends mieux pourquoi il a reçu le « Prix des lecteurs France Loisirs 2017« .

Et vous, avez-vous lu ce livre? Qu’en avez-vous pensé?  

A propos de Booklets Of Kleio

Caroline, amoureuse d'Histoire, (ancienne stagiaire au Centre Historique Minier de Lewarde & ex agent d'accueil et de surveillance au Palais des Beaux Arts de Lille). Je suis depuis toujours passionnée de patrimoine avec une affection particulière pour celui du Val de Loire. J'ai beaucoup d'intérêt pour la culture en général : les musées, les expositions, la musique, la lecture, les séries tv...

1 commentaire sur “[Lecture] Les Beaux Lendemains de Saint-Chanas par Véronique Lesimple

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :